Voyages autour de la palette terre

Destination : là où le vent me portera... Moyens de déplacement : tout ce qui me tombera sous la main, dont... un dromadaire !

Le Karnaval Humanitaire

   
  
  
  

  

  

Le Karnaval en Afrique vu par Ophélie Gimbert 

  

Karnaval Humanitaire est une association lyonnaise d'étudiants de l'INSA qui organise chaque année une semaine de festivités musicales pour reverser les fonds à une cause.

  

 

   

Dans le cadre de l'opération "Eau pour tous" menée par Association Jeunesse Solide au Burkina Faso, ils ont financé une pompe à eau dans le village de Pella. En juillet dernier ils se sont rendu sur place pour terminer leur mission.

 

L'été est souvent synonyme de grandes vacances dans le milieu étudiant. Certains partent sur la côte se faire dorer la pilule en mangeant des beignets sur la plage, d'autres optent pour des vacances plus humaines. C'est le cas de l'association étudiante lyonnaise Karnaval Humanitaire, qui après avoir financé un puits au Burkina Faso, a décidé de se rendre sur le terrain ce mois-ci. Entre exotisme, rencontres et désillusions...

 

Pella, 7h30. Une tasse, deux tasses, dix tasses, vingt tasses. Caroline rempli la moitié d'un seau d'eau pour finir cent mètres hors du campement, entre quatre murs faisant office de douche. Un geste quotidien pour les habitants de ce petit village, atypique pour des étudiants lyonnais.

 

A 3000 kilomètres de Lyon et 150 kilomètres au nord-est de la capitale du Burkina Faso, Ouagadougou, se trouve Pella. Ni eau courante, ni électricité pour cette bourgade de la province du Passoré, seule la brousse à perte de vue, parsemée de-ci de-là de baobabs et autres cases.

 

Le cliché est loin de la destination touristique en vogue, d'autant plus qu'un problème majeur persiste dans ce village de 5000 habitants : l'accès à l'eau et le non-respect des règles d'hygiène, entraînant l'émergence d'épidémies. Un souci que l'association lyonnaise d'étudiants de l'école d'ingénieurs INSA, Karnaval Humanitaire, a décidé de prendre à bras-le-corps, il y a un an.

  

Avec l'aide de l’Association Jeunesse Solide établie à Lyon ainsi qu'à Ouagadougou, les étudiants ont, en amont financé une pompe à eau à Pella utilisable depuis le mois de mars, puis en aval onze membres épaulés de cinq Ouagalais de l'Association Jeunesse Solide sont venus du 5 au 19 juillet sensibiliser les habitants aux règles d'hygiène, ainsi qu’à l'importance de gérer l'eau en proposant la formation éventuelle d'un comité de gestion des puits. «L'idée est de leur donner la clé pour qu'ils ouvrent la porte, l'assistance n'est pas une solution», précise Nathalie.

 

 
 

  

Organisés en petits groupes avec un Ouagalais par groupe pour traduire la langue des habitants de Pella, le moré, ils font le tour des quartiers en fin d'après-midi, lorsque le travail des champs touche à sa fin pour les villageois. Certains acceptent des les écouter, d'autres ne comprennent pas tout. Nicolas rapporte, « Nous avons d'abord posé la question de l'origine de l'eau. Certains pensaient qu'elle se trouvait sous terre... ». Le découragement est perceptible chez certains qui ne savent plus comment s'y prendre et commencent à perdre confiance en leur projet.

 

 

La véritable oreille se rencontre dans le comité de femmes du village qui mettent une partie du fruit de leur travail en commun afin de pouvoir pallier aux difficultés du quotidien, si difficulté il y a. Elles ont une certaine expérience de la gestion de l'argent en groupe et redonnent espoir au Karnaval Humanitaire. Vincent lance, « On se sent écouté et notre projet semble possible en notre absence, c'est super ».

 

Aux alentours de 18h30, le soleil baisse peu à peu, les villageois viennent par petits groupes saluer les « blancs ». Alors s'amorce une autre phase du voyage, la désillusion et la naissance du sentiment d'impuissance. Thierry est un jeune homme d'une vingtaine d'année, autrement dit de l'âge des étudiants, il raconte « Quand j'allais à l'école, nous étions 82 élèves pour cinq livres. J'ai du quitter la sphère scolaire pour travailler et mon rêve est de venir en Europe pour faire fortune. » Fatigué, il ne tarde pas à rentrer chez lui pour dormir, il se lève le lendemain à 5h00 pour aller planter le mil dans les champs. Dure réalité pour ces jeunes Lyonnais qui cherchent avant tout à servir à quelque chose et finissent par se sentir dépassés par les évènements. « Notre travail est une goutte d'eau par rapport aux difficultés auxquelles il faudrait pallier mais cette goutte d'eau, c'est la nôtre », finit par dire Alexandra.

  

 

 

Texte et photos d'Ophélie Gimbert

commentaires {0} - Ajouter un commentaire
Publié à 07:00, le 13/12/2020, France

Page précédente Page suivante


Accueil
Mon itinéraire
Livre d'or

Rubriques
- 1.Naissance de ma vie boheme
- 2.Premier voyage en Afrique
- 3.Afrique. 8 mois de routes!
- 4.Actuelement
- 5.Les photos de Marine
- 6.Me contacter
- 7.Mes liens
- 8.Remerciments

Annexes
- Accueil
- Il était une fois, blablabla...
- Premier voyage en Afrique
- Voyage humanitaire
- Libre sur les routes du Burkina
- Mon dromadaire au Sahel
- Galères Africaines
- Retour prématuré en France
- Accueil L'Afrique par la route
- Espagne, direction le sud
- Maroc, terre d'islam
- Mauritanie, sans trainer
- Senegal, pays de la Teranga
- Mali, en terres arides
- Mali, au bord du Niger
- Burkina, bonheur et désilusions

Vous êtes le